L’enlèvement : l’histoire de Véronique Rocheleau

mai 1, 2018 • Culture

En 1984, une fillette de 8 ans, Véronique Rocheleau se fait enlever. Elle est retrouvée quelque temps plus tard. Quels sont les impacts d’un tel drame dans une vie? Qu’est-il vraiment arrivé? Ce livre, écrit par Carl Rocheleau, son frère, permet de retracer le fil des événements et de mettre un baume sur tout ça. Enquête, inquiétude, questions et réponses sont au rendez-vous.

Photo : TVA

Résumé

Janvier 1984, Montréal.À la sortie de l’école, Véronique Rocheleau est abordée par un homme qui prétend la connaître. Convaincue par le discours de l’inconnu, la fillette de huit ans abandonne ses amies et le suit.Véronique n’a aucune idée du cauchemar dans lequel l’attire François, celui dont le nom la hantera durant les trente prochaines années.Loin de s’arrêter à l’enlèvement, ce livre expose les conséquences qu’un tel drame peut engendrer chez la victime.Et si le plus difficile était de survivre?« La panique s’empare de moi. Personne ne sait que je suis ici. Ma mère ne viendra pas. Je ne retournerai jamais chez moi.Je m’effondre en larmes. Puis, je crie. Je frappe la porte comme s’il s’agissait de mon agresseur. Mes poings sont douloureux, mais ce n’est rien à côté de l’angoisse qui me serre le cœur. Ma poitrine brûle. Qu’ai-je fait? Je vais mourir. J’aurais dû dire à mes parents que je les aime. »Dossier spécial à la fin à propos de plusieurs cas d’enlèvements médiatisés au Québec, qui comprend un «portrait du ravisseur » et une liste de ressources au Québec.

Ce livre, je l’ai lu directement après ma lecture de 14 ans et portée disparue. Clairement, j’étais dans une soif d’histoires vraies. Dans un mood qui me le permettait aussi, car rien ne vous prépare à lire toutes les horreurs dans ces livres.Je trouve que dans un sens, il y a toujours un côté voyeur dans les histoires vraies. Un côté qui nous pousse à mieux comprendre un événement ou encore les motivations des gens, et ce, même lorsqu’il n’y a rien à comprendre. Parce que c’est un peu ça… il n’y a rien qui explique ou qui excuse vraiment l’envie qu’un humain peut avoir d’enlever un enfant (ou une personne tout court) et de lui faire des atrocités.L’auteur semble resté objectif dans le contexte. Celui d’amener les témoignages de sa soeur, victime de l’enlèvement, et celui de sa mère après tant d’années. Entrecoupés de l’enquête policière et des coupures de journaux. J’avoue avoir pris quelques pauses durant cette lecture. Non pas parce que l’auteur n’a pas fait du bon travail, mais parce que parfois, des histoires vraies peuvent devenir lourdes. Il est important de prendre des pauses pour bien cerner les propos.Un ouvrage important qui a probablement permis à la famille de mettre un baume sur leurs blessures et qui permettra aussi aux gens de bien comprendre l’événement.

Merci aux Éditions Goélette pour ce livre

Autres articles

octobre 3, 2021 • Réseaux sociaux

Le marketing du vide

Fais la connaissance du « marketing du vide » tendance (à ne pas reproduire) dont nous n’avons pas toujours conscience.